la maison d'édition de séries littéraires

Une Nuit dans la longue vie de Jude Satorascii

Episode 12

Cette réponse la terrifia. Les êtres célestes baignaient dans l’alpha et l’oméga, le temps et l’espace était un cosmos dans lequel ils se déplaçaient à leur guise, plongeant à un instant et émergeant dans un autre.

« Il ne peut pas y en avoir autant, souffla-t-elle. Depuis cinq siècles, les engeances qui viennent sont faibles, elles ne sont pas une menace.

– Deux choses, remarqua Tom. Tu n’es pas le seul monstre. Il y en a d’autres, ailleurs, et crois-moi, tu ne veux pas les rencontrer. »

Il frissonna. Jude cilla.

« Seconde chose : faibles ou pas, ça ne change rien. Le poison est là, et c’est trop dangereux. »

Le silence revint. Jude sentait le commandement arriver. Elle n’en voulait pas.

« Si tu avais échoué, ç’aurait été plus facile, soupira Tom. Tu disparaissais, et le reste avec. Maintenant, on doit y aller un par un.

– Vous voulez juger chaque vampire ? fit-elle, effarée.

– Il le faut bien, dit Mika. En te sacrifiant, tu as ouvert un possible. Il doit être offert à tous. Nous nous occuperons de la plus grande partie.

– Et le reste ?

– Le reste est sous ta responsabilité », asséna Mika.

Jude s’arc-bouta contre la volonté.

« Je ne suis pas comme vous, je marche dans ce monde de manière linéaire. Ce que vous accomplirez en une seconde me prendra des années.

– Faut pas présumer, dit Tom, nonchalant. Il y en a un, surtout, qu’on veut que tu trouves, parce qu'à nous, il est caché.

– Qui ?

– Tu sais », répondit Mika, intraitable.

Jude sentit le poids tomber sur ses épaules, résista encore quelques secondes, se résigna.

« J’ai pas vraiment le choix, comprit-elle.

– On a toujours le choix, même nous, corps célestes, contra l’archange. C’est la première vérité. »

Jude regarda le ciel qui s’éclaircissait. La ville se réveillait, les gens sortaient, s’en allaient exister. Quelque part, le corps de Camille vibrait, protégé par Thierry. Le choix fut fait. Elle se releva.

« Finalement, ça n’aura pas été qu’une perte de temps », fit Tom, l’imitant.

Jude l’ignora, se tourna vers Mika, admira le chatoiement de ses plumes, l’éther dans ses yeux.

Beauté angélique.

Elle se demanda comment elle ne l’avait pas remarqué plus tôt chez Camille.

« J’ai besoin d’une plume, fit-elle.

– Je comprends. »

Des replis de ses ailes, sa main sortit. L’archange inspecta son plumage, en choisit une qui scintillait comme le soleil sur l’océan, la lui tendit. Jude la contempla.

« Tu ne vas pas me retenir ?

– Je comprends. »

Jude sourit puis pivota, la plume brandie. Les vexilles fendirent l’air, coupèrent Tom en deux parts égales qui s’affaissèrent l’une contre l’autre.

« J’aurais dû me méfier... » souffla-t-il avant de s’évaporer.

Jude ne s’inquiéta pas, Tom était déjà auprès du trône. La lumière ne pouvait défaire la lumière, juste couper le fil temporel qui la reliait à cette réalité. Cependant, elle fut satisfaite d’avoir vengé son ami, un peu.

Elle pivota.

« Tu crois qu’il est rentré ? »

Tous deux savaient pertinemment qu’elle ne parlait pas de Tom.

« Je te le dirai, répondit l’archange.

– Merci. »

Elle tendit la main pour rendre la plume, Mika ouvrit la paume. Dès que le poignet fut à sa portée, Jude s’en empara et y planta les dents, commença à sucer.

Le sang de l’archange se répandit dans son corps, aussi librement que l’eau de source dans une caverne. La frénésie monta, Jude se cramponna.

Au-dessus d’elle, Mika rugit. L’archange passa dans son dos, refermant son bras autour de ses épaules, et de sa main libre, la força à se mettre à genoux. Jude obéit mais continua à s’abreuver.

Le sang de Mika était sa seule drogue, le seul liquide qui la nourrissait vraiment, la portait par palier jusqu’à la satiété. Jude refusait de reculer, pas tant qu’elle ne serait pas apaisée.

Mais l’archange se débattit, la secoua, la frappa. Elle n’abandonna pas si proche de son but.

Une douleur fulgurante la traversa, les doigts de l’archange se refermèrent autour de son cœur, le firent exploser. Cette fois, elle dût se rendre, ouvrit la bouche et rugit à son tour, tandis que Mika la soulevait dans les airs.

Jude ne pouvait rien plus faire, l’archange l’abattit de toutes ses forces sur les tablettes de pierre d’une statue. Les doigts se retirèrent. Cassée en deux, Jude avala les dernières gouttes de sang de Mika, mêlé au sien, dispersées sur ses lèvres. L’archange avança sa main pour soutenir son crâne.

« Ton insolence n’a pas de limite. »

Jude voulut rire mais n’émit qu’un borborygme et toussa.

Son corps se remettait déjà, cela ne prendrait que quelques minutes pour réaligner sa colonne, réparer ses côtes et reconstituer son cœur.

« Sois gentil, parvint-elle à articuler. C’était quand la dernière fois ?

– Quand tu combattais les Français pour le Valentinois.

– Tu vois ? Il y a trop longtemps déjà. »

Elle passa sa langue sur ses dents, y trouva le goût du sang.

« Un battement de cil pour moi, amenda Mika. C’est la dernière fois.

– Tu aurais pu m’arrêter. »

Mika ne répondit pas immédiatement, retira sa main et replaça ses ailes sur son corps.

« Cela doit cesser, Jude. »

Elle secoua la tête, son rire devint une toux. Elle laissa ses yeux errer sur la silhouette lumineuse.

« Tu ne lui en veux donc pas ? fit-elle. Un corps céleste, un amour immense, et aucun exutoire, tu ne trouves pas ça ingrat ?

– Jamais. »

Jude soupira.

« Tu es trop parfait.

– Toi, tu lui en veux. »

Le regard de Jude changea, se perdit dans la ligne d’horizon.

« Un temps. Plus maintenant.

– Pourquoi cela ? »

Jude ramena ses yeux sur l’archange et eut un sourire tendre.

« Parce qu’il t’a mis sur mon chemin. »

Un frémissement, celui d’un doigt caressant la peau nue, puis l’odeur du soufre et de la cendre.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter