la maison d'édition de séries littéraires

Une Nuit dans la longue vie de Jude Satorascii

Episode 11

« C’est très familier, tout ça, observa Jude avec calme.

– Tais-toi, où je te disperse aux quatre vents », souffla Mika.

Jude rit, peu impressionnée.

« Mais tu l’as déjà fait, archange. Est-ce que ça a marché ? »

Un frisson courut sur la lèvre de Mika. Dans le silence, il y eut un écho. Tom poussa un cri d’exclamation.

Il savait, et Jude aussi.

Le cœur de l’archange venait de battre, le monde avait sursauté. Jude poussa son avantage.

« Tu m’as brûlée, tu m’as noyée, tu m’as réduite en poussière, tu m’as plongée au cœur du soleil, dans les glaces de Saturne et Jupiter. Tout ça pour quoi ? Ça ne fonctionne pas. Il n’y a eu, et il n’y aura jamais que l’étoile du matin pour me détruire. Tu le sais et pourtant, tu viens de m’en sauver. »

Les doigts de Mika se plantèrent dans sa gorge, un autre assaut sur sa volonté. Jude ne pouvait ni ne voulait résister. Cela ne l’empêcha pas de continuer.

« Ce qui te consume, archange, c’est la même chose qui retient ton bras. Et ce n’est qu’une fraction de ce qu’un être humain peut ressentir pour un autre. Tu peux me croire, j’en étais un. »

Mika retroussa les lèvres, une colère sidérale tourbillonnait dans ses yeux d’éther. Il replia son bras et murmura, une vibration sourde qui résonna contre le ciel :

« Tes paroles sont du poison.

– Mais tu les acceptes, répliqua Jude, tout aussi intense. Parce qu’elles sont vraies. C’est là ton fardeau. »

Mika ne répondit pas. Dans ses yeux, Jude put voir que la tempête se calmait, aussi intense qu’éphémère.

« Je connais ta douleur, reprit-elle, plus apaisée. Si tu ne rends pas Camille aux humains, alors tu la leur inflige au centuple.

– Peut-être que c’est ce qu’il faut », répliqua Mika.

Jude ferma les yeux, désolée.

« Amour, ce n’est pas vrai. Alors sois beau, sois fort, rends-moi mon corps et ramène Camille. »

Mika résista encore, leva les yeux au ciel. L’espace et le temps se confondirent, deux larmes coulèrent sur ses joues d’albâtre, deux océans de reddition et d’amour. Jude retrouva son corps aussi simplement qu’elle en avait été arrachée.

« Et Camille ? » demanda-t-elle aussitôt.

Mika étendit une aile, attrapa la plume utilisée pour lui trancher la gorge, toujours gorgée de son sang. Il la jeta dans le vide. La plume brilla puis se consuma en un feu tellement intense que les trois durent se détourner.

Ce pouvoir n’était pas le leur, ils ne pouvaient en être les témoins directs.

L’éclat se rétracta, devint un filament qui disparut. Jude s’approcha du vide et regarda la rue en contrebas. Sur le parvis du Palais émergea la silhouette de Thierry. Dans ses bras, un éclat doré, une chevelure blonde qui flottait au vent.

Jude sentit son cœur gonfler, envoyer le sang et l’amour jusqu’à la moindre de ses extrémités.

« Merci », dit-elle.

Le silence tomba. Jude revint lentement dans le monde des humains. Sur sa gauche, l’archange laissa le vent jouer avec sa chevelure, signe de son émoi.

« Tout ça pour ça », dit soudain Tom.

Il tomba assis sur le bord, les pieds dansant dans le vide. Jude fut surpris de constater qu’il avait retrouvé son aspect humain, avec ses vêtements élimés et son odeur corporelle intolérable. Mika bougea, plaçant Jude au milieu.

« Je crois que j’ai droit à une explication », dit-elle.

Tom soupira, récupéra sa flasque et la lui tendit. Elle la refusa d’un mouvement du menton.

« On ne sait pas pourquoi, commença Tom, mais le neuvième cercle est rompu. La chute a été inversée. »

Jude ne sut comment réagir. Elle attendit l’effroi qui devait immanquablement suivre une telle annonce mais, sur la bordure de sa psyché, les plumes de lumière de Mika jouaient avec ses cellules, et cette sensation oblitérait tout le reste. Bien malgré elle, Jude se sentait fondre. Elle finit par comprendre que l’archange ne cherchait qu’à la contrôler.

D’une secousse mentale, elle repoussa l’approche. Pour toute réponse, il eut un sourire, blanc comme un rayon de lune.

Jude se força à revenir dans la conversation.

« Où est Samaël ?

– Il monte. Son ascension n’est pas terminée, pas encore. Nous nous préparons à le repousser.

– Et donc ? s’impatienta Jude.

– Et donc, nous testons les allégeances, renchérit Tom sur le même ton.

– Tu as répandu ton poison trop longtemps, fit alors Mika. Et tu as laissé ton engeance errer à sa guise, incontrôlable. Une armée sans chef ni allégeance. La solution est simple, il suffit de te faire disparaître pour qu’elle disparaisse avec toi.

– Sauf que tu n’as pas pu, releva Jude.

– On ne pouvait pas le faire sans jugement, reprit Tom. On était tous les deux persuadés que tu échouerais. Il fallait simplement démontrer que tu ne t’étais pas repentie. »

Repentie. Jude ne savait si c’était le cas. Mais un détail la chiffonnait.

« Vous auriez pu choisir n’importe quelle version de moi, n’importe quelle époque pour émettre ce jugement. Il suffisait de me tester quelques siècles plus tôt, le résultat aurait été celui que vous vouliez.

– Ce n’est pas nous qui avons choisi », indiqua simplement Mika.

Jude sentit une caresse courir sur sa peau, regarda le soleil, plongea ses yeux dans les rayons, à la recherche d’une réponse. L’espoir vint, celui qu’elle avait essayé de transmettre à Zaar, que peut-être, à la fin de l’univers, la porte s’ouvrirait. Qu’un jour, elle rentrerait.

Elle sourit, perdit son équilibre et se rattrapa à ses bras pour se rétablir.

« Oui, j’imagine que tu es bien contente, fit Tom, sarcastique. Tu t’es sacrifiée, bravo, mais ça ne nous facilite pas la tâche, à nous.

– Comment ça ? »

Mika inspira.

« Si le mort-vivant est capable de sacrifices, alors peut-être que son engeance aussi.

– Et c’est mal ? demanda Jude.

– Nous manquons juste de temps. »

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter