la maison d'édition de séries littéraires

Une Nuit dans la longue vie de Jude Satorascii

Episode 10

Pendant de longues secondes, Jude dut supporter la douleur de son corps qui se reconstituait laborieusement. Sur les franges de son esprit, elle pouvait entendre ses trois geôliers converser, sans toutefois parvenir à comprendre leur discours. Il y eut une onde de choc silencieuse, la roue dans la roue disparut.

« Bon débarras, fit Tom, avant de replacer les pans de sa tunique d’apparat. Qu’est-ce qu’il est venu faire ici, on se le demande.

– Tu as fait du trop bon travail », dit Mika, sa voix comme un baume sur les aspérités de la réalité.

Toujours empalée par la lance, Jude ne put retenir un soupir. Son corps reconstitué, l’arme devenait une intrusion pernicieuse, lui faisant ressentir ses nerfs de manière complètement déplacée. Mika continua son analyse :

« Tu as tellement modifié de choses, ça l’a alerté. Il ne pouvait pas ne pas réagir. Il n’a fait que ce qu’on attend de lui.

– Certes, mais à cause de lui, rien ne s’est passé comme prévu.

– Peut-être que si, au final.

– Où est Thierry ? Et Camille ? Où est Camille ? furent les premiers mots de Jude, quand elle retrouva ses cordes vocales.

– Nulle part, annonça Mika. Elle n’a jamais existée. »

Jude se tendit contre la lance.

« Et quoi, maintenant ? Tom va remodifier la réalité ?

– Je ne vois pas pourquoi, répliqua ce dernier. On en a terminé. »

Jude sentit la rage revenir avec ses forces.

« Vous ne pouvez pas ! s’exclama-t-elle. Vous avez créé cette enfant, vous lui avez donné une mère, des souvenirs ! Vous imaginez la peine que vous allez provoquer ?!

– En quoi ça nous concerne ? dit Tom, une expression d’ennui sur le visage. Rentrons, Mika, il a perdu, de toute façon.

– Je ne suis pas sûr », contra l’Archange.

Mika fut auprès de Jude sans qu’elle ne l’ait vu bouger, inspecta son regard. Dans ses yeux, Jude chercha un élément pour lui permettre de comprendre. Mika, lui, était bien plus intrusif. La lance frémit, la faisant trembler de la tête aux pieds. Jude refusa la vague de sensations.

« Ne sous-estime pas l’amour qui peut exister chez les humains, le prévint-elle, la voix tremblante. Ou ce qu’ils sont capables de faire pour retrouver leurs êtres chers. »

Tom ricana.

« Toi, tu parles d’amour ? Tu ne sais rien de ces choses-là. »

Jude ne lui prêta pas attention, elle laissa Mika explorer son esprit et ses souvenirs. Ce dernier, comme tous les archanges, ne se souciait que de vérité. Toute action leur était impossible si elle y était contraire.

L’examen dura, sa présence se faisait plus envahissante.

Une faim immense envahit Jude, qui allait au-delà du sang, qui lui donnait envie de planter ses dents dans la chair de l’être céleste qui lui faisait face. Elle chassa la pensée d’une secousse du menton.

« Où as-tu trouvé Camille ? souffla-t-elle.

– Un acte manqué, une grossesse qui n’a pas abouti chez cette femme.

– Et donc quoi ? Le temps d’une soirée, tu lui donnes une fille et puis c’est tout ? Tu trouves ça juste, Mika ? Je me fiche de ce que vous vouliez accomplir, je n’ai pas besoin de savoir. Je veux juste que les humains concernés ne passent pas leurs vies à courir après un mirage, ça les rendra fous. Mika, je t’en prie. »

Mika s’avança, et Jude vibra. Dans l’aura de l’archange flottaient des odeurs familières, celles du miel tout juste ramassé et du safran coupé, celles du jasmin ouvert dans le crépuscule et de l’encens. Et en notes de fond, le soufre et la cendre.

Jude poussa un cri de rage, la voûte du Palais s’en fit l’écho. Elle empoigna la lance et trouva la force de se libérer, fendit l’air d’un nuage d’étincelles.

« Tu étais Camille ! hurla-t-elle avec un nouvel assaut. Comment as-tu osé ? Tu es un monstre ! »

D’une main ferme, Mika se saisit du tranchant de l’arme, il serra à peine les doigts et la lance disparut. Jude se retrouva déséquilibrée. Cette fois, Mika déplia deux ailes, replaçant les quatre autres pour ne pas révéler son corps. Il glissa les deux extrémités sous la gorge de Jude pour l’immobiliser. Contre sa peau, elle pouvait sentir le fil de la lame des plumes, aussi fin que l’horizon, capable de couper un atome en deux.

Mika se pencha.

« Ne me compare pas à toi, monstre dont la faim est insatiable. »

Le souffle de ces mots coula sur sa peau, jouant avec la membrane de ses cellules. Elle ricana et planta ses yeux dans ceux de l’être qui la dominait.

« Et toi, Mika, l’incorruptible gardien de la porte, toi qui peux t’emparer de l’étoile du matin à ta guise, dis-moi pourquoi tu m’as sauvée.

– C’est la seule action juste », fit l’archange avec calme.

Jude redoubla d’hilarité.

« Fais ce qui est juste, alors. Sors de mon corps, tu n’as rien à y faire. »

Jude avança la mâchoire à quelques centimètres de ses lèvres.

« Tu ne peux pas, parce que cette faim te consume. Une fois que tu m’as, tu ne… »

Elle ne put achever sa phrase, Mika poussa un hurlement sauvage. Le ciel, bleu pâle, devint d’un noir d’acier. Jude ne vit pas son mouvement, elle ne sentit que la main de l’archange se fermer autour de sa gorge, il y eut un éclair de plume, puis sa tête se désolidarisa du reste de son corps. Elle se retrouva désincarnée, suspendue au-dessus du vide, tenue à bout de bras.

Derrière, son corps s’effondra. Elle s’en fichait, contemplait l’archange et sa beauté irradiante.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter