la maison d'édition de séries littéraires

Ragozine

Episode 6

Résumé de l'épisode précédent :

Pablo s'est fait suivre en arrivant dans la planque des Fous. Nick présente les plans pour le futur grand braquage.

En attendant Godot, Alex voit enfin arriver Cassandra...

Elle a les mains en sang.

Cassandra accueillit cette soirée comme une pause entre deux batailles.

Après avoir crocheté une serrure, Alex l'avait amenée sur les toits de Pigalle pour éviter l'atmosphère poisseuse du bar. Il n'avait pas mentionné la couleur de ses mains, mais la curiosité le taraudait. En sortant à l'air libre, toute la ville lumière se mit à crépiter devant eux. Un vrai réconfort.

Alex sortit un réchaud, une cassolette de lentille corail, du riz au poireau et quelques tranches de tofu fumé. Quand le repas fut chaud, il versa la tambouille dans un bol et lui offrit, avec un sourire.

Elle ne savait pas quoi dire. Alors elle lui demanda ce qu'il faisait dans la vie. Il lui répondit qu'il volait. Elle ne répondit pas. Puis il lui demanda d'où venait le sang sur les mains. Elle l’observa un instant avant de lui répondre. De la malice se mêlait à la curiosité dans son regard de loup.

***

D'un coup de batte, Nick éclata la vitre d’une voiture de police. Pablo alluma son briquet et balança un cocktail Molotov dans l'habitacle.

Tout explosa dans une onde orange et noire.

Cette violence était nécessaire.

Ils allèrent se cacher, attendirent que les lapins sortent du terrier, puis ils en profitèrent pour entrer dans le commissariat. Pablo connaissait l'endroit comme sa poche.

Dans une autre vie, il avait été flic. Il avait porté l'uniforme, ouai ! Il avait travaillé pour l'État ! Ses valeurs furent celles de la loi, avant qu’il ne réalise qu’elles ne correspondaient pas forcément à celles de la justice.

Dans le jargon, on entendait souvent parler de cette justice à deux vitesses. Volez un paquet de nouilles et vous voilà en cabane pour 6 mois, planquez de l'argent en Suisse alors que vous travaillez pour les impôts, et vous ne passerez même pas au tribunal.

Nick sauta sur un brigadier et lui asséna un énorme coup de boule. L'autre tomba raide. Le Fou se redressa en se massant la nuque.

« Faut que j'arrête les conneries. »

Si Pablo était le rusé, Nick était le bourrin. Il sourit à son pote et se mit à courir. Ils passèrent devant l'armurerie et filèrent dans l'arrière salle. L'opération devait être discrète. Avec Nick, cela risquait d'être compliqué...

***

Cassandra observa Alex du bout des yeux et frissonna.

« Ce que tu as vu sur mes mains n'est pas ce que tu crois... »

Alex rangea le réchaud et les bols dans son sac à dos. Il avait envie de lui caresser les joues et de poser ses ailes dans le nid de son cou.

« Nous avons filmé un spot devant un abattoir qui torture des cochons. Castrés à la naissance, ils sont placés dans des boxes et ne voient jamais la lumière du jour. Et je ne te parle pas des cris lorsqu'ils sont gazés... Bref. On s'est mises torse nu avec les filles et on s'est attachées aux grilles. Sur mon ventre, j'avais écrit « Viande » avec du faux sang. Voilà l'explication. Je ne torture personne, moi...

– C'est très valeureux, fit Alex avec un sourire espiègle, avant d’ajouter : même si, à votre place, j'aurais fait sauter tout ce merdier...

– On veut communiquer, pas détruire, mec. La violence engendre la violence. C'est une règle immuable. Alors on collabore avec des journalistes. On filme. On diffuse. Plus les gens auront conscience de la souffrance animale, mieux ce sera... »

Il la fixa des yeux, le plus sincèrement possible. Elle se demanda ce qui se cachait derrière ses tiges brunes. Elle oublia soudain le discours d'Astrid dans l'Anti-spectacle.

Alex lui prit la main et lui baisa la paume. Elle s'écarta doucement. Elle sentait le jasmin et le poivre. À tomber dans les pommes. Et dans tous les autres fruits défendus.

Soudain, Alex la sentit se raidir. Elle regardait son pied droit…

« Qu'est-ce que c'est ? »

***

Postés derrière des poubelles, Pablo et Nick observaient la ruelle, les voitures stationnées et le fourmillement du poste de police. Un des flics hurla et trois subalternes coururent dans sa direction.

Les deux Fous mirent leur capuche et s'engouffrèrent dans une autre ruelle. Ils retrouvèrent la voiture de Pablo, au coin. Mais un policier déboula comme une balle, retint le bras de Nick, l'arracha de sa gravité et le propulsa contre le macadam. Son cou craqua. Sa tête fit un sale mouvement. Pablo écarta le flic, voulut prendre son pote dans les bras, mais des tirs giclèrent à ses oreilles et il dut se réfugier dans la voiture.

Avec l'impression de s'arracher le cœur, Pablo s'enfuit, pied au plancher, le corps de Nick sur la macadam, derrière lui, rapetissant à toute vitesse...

***

Au-dessus de la chaussette d'Alex apparaissait une prothèse en plastique gris.

« Ah. Ça. Oui. J'ai perdu mon pied droit. Je voulais t’en parler, d’ailleurs...

– Oh...

– Ne t'inquiète pas. C'est parce que j'ai dû mal à garder les pieds sur Terre... »

Estomaquée, elle ne saisit pas la phrase de lover. Elle ne pouvait s'empêcher d'imaginer la souffrance… et les raisons d'une telle mutilation.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter