la maison d'édition de séries littéraires

Ma vie moins le quart

Episode 9

Le choix

Hyères, 1927.

Péremptoire, Tonio ordonna aux femmes de se délester de leurs bijoux dans un sac qu’il leur tendait. Les hommes quant à eux étaient priés de remettre leurs portefeuilles, leurs montres et leurs gourmettes. Chacun s’exécutait sans un mot, pétrifiés par la surprise, l’alcool et la peur.

Quand il arriva près de ma tante, Tonio la remercia pour l’agréable séjour, s’excusa, regrettant de devoir se conduire si mal puis ajouta :

« Vous avez assurément le don pour dénicher les artistes de demain Madame. Ne cherchez pas les statuettes de ce jeune Giacometti, elles partent avec moi. Il est possible que d’autres jolies pièces manquent à votre collection après mon départ. Je vous présente sincèrement toutes mes excuses. »

Pendant qu’il prononçait ces quelques mots, j’aperçus le chroniqueur mondain porter lentement la main à la poche de son gilet. Lorsque la veste s’entrouvrit, je vis briller la crosse d’un minuscule pistolet qu’il s’apprêtait à saisir. Mon sang ne fit qu’un tour, je me jetai sur lui et me saisis de l’arme. Un murmure de stupéfaction parcourut l’assemblée.

En une seconde, j’entrevis le regard triste de Tonio posé sur moi et il laissa tomber le sac du butin. Mais au lieu de braquer l’arme dans sa direction, c’est sur les convives que je la pointai.

Il n’avait suffi que d’une toute petite seconde pour que ma décision soit prise. Je savais en cet instant qu’elle serait irréversible et pourtant, mettant en joue ma famille et leurs amis, j’étais heureuse. Oui, j’étais en joie car par cet acte, je venais de dessiner les contours de mon propre futur, de l’existence dont je rêvais. Avec ou sans Tonio, je venais de faire le choix d’une vie de liberté.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter