la maison d'édition de séries littéraires

Casting pour New York

Episode 6

Castille avait pourtant fermé sa porte à clef

Le lendemain matin, Castille se sentit un peu courbaturée par le patinage et la marche de la veille. Peu importe, elle prit son petit déjeuner et passa prendre un café pour remercier Wendy.

Au moment d’ouvrir la porte, elle remarqua qu’elle n’était pas fermée à clef. Elle était pourtant sûre d’avoir vérifié en allant se coucher. Curieux, elle pourtant si méfiante. Elle ne comprenait pas.

La jeune femme alla voir Wendy et prit un café avec elle. Elle lui fait part de sa drôle d’impression au sujet de la porte. Wendy haussa les épaules et sourit en ajoutant :

« Ici c’est chez Monsieur Williams. »

Castille ne répondit rien. Elle se demanda ce que voulait dire cette phrase. Elle était la seule à dormir sur les lieux et elle avait beau être “chez monsieur Williams”, elle attendait un minimum d’intimité.

Elle fila à la patinoire. Chaussa ses patins et s’élança. Elle se sentit suffisamment à l’aise pour tenter quelques sauts simples mais visiblement ce n’était pas le jour. Castille restait perturbée. Au moment où elle leva les yeux, elle vit Robert qui l’observait.

« Hello Castille. Ça va ?

– Bonjour Robert. Oui et toi ?

– Bien merci. Dis moi. Ce soir je voulais peut-être faire l’élève avec Brenda si tu veux bien ?

– Oui avec plaisir. Tu as déjà patiné au fait ?

– Oh quand j’étais jeune, ça fait très longtemps comme tu peux imaginer. »

Castille rit.

« Tu veux manger avec mon femme et moi ce midi ?

– Hum ! Pour tout te dire, j’ai peur de déranger ta femme.

– Ah oui ! Je comprendre. Mais bon c’est peut-être l’occasion de retenter. Je ne te promettre rien. »

Castille accepta finalement. Elle se dit qu’effectivement c’est toujours l’occasion de faire un peu mieux connaissance. Et aussi d’observer, tout simplement.

« Bon on dit 13h à la maison.

– Ok. 13h.

– Et si tu as besoin pour refaire la glace, tu m’appelles, Bob n’est pas là aujourd’hui.

– Ok. »

Le repas se déroula dans une salle à manger immense. Il n’y eut presque pas de conversation. Linda regardait parfois Castille en lui faisant un pseudo sourire mais ne lui adressait jamais la parole, malgré les tentatives d’approche de la jeune femme. Robert, égal à lui-même, fit la conversation en français et en anglais.

Castille n’était vraiment pas à l’aise, elle eut même du mal à finir sa bisque. Elle se demandait pourquoi elle était venue finalement. Cela n’avait aucun intérêt. Le repas, tout comme l’ambiance étaient mauvais. Ça ne passait pas et, sans vouloir manger des plats dignes de l’Arpège, Castille aurait bien eu envie de suggérer à Robert de changer de cuisinier !

Linda quitta la table avant la fin du repas. Robert ne dit rien et Castille fit comme si de rien n’était. Elle eut tout de même le temps d’observer de nouveau les yeux de Linda. Ils étaient bien bleus. Malgré tous ses artifices, elle ne portait pas des lentilles de couleurs. Et ceux de Robert, bleus aussi.

A 17h, le père et la fille arrivèrent à la patinoire. Castille était sur la glace, écouteurs dans les oreilles en train d’effectuer une chorégraphie visiblement pas encore très au point. Ce furent les applaudissements de son public qui la firent réaliser que Brenda et Robert étaient là.

« Hey ! Ca fait longtemps que vous êtes là ?

– Non mais on aurait dû venir plus tôt pour voir ton danse. Tu veux une poste de musique peut-être.

– Bonne idée Robert. Oui je veux bien. Comme ça vous pourrez faire une chorégraphie avec moi ! »

Elle fit un clin d’œil à Brenda qui avait un peu saisi l’idée de la conversation.

« Bon en piste alors ! »

Brenda se mit sur la glace et commença à avancer consciencieusement en tenant la balustrade, qu’elle lâcha rapidement pour le plus grand plaisir de Castille.

Robert, trop confiant, s’élança sans penser à enlever ses protège-lames.

Un remake de Bambi fit éclater de rire Castille et Brenda, qui perdit l’équilibre à son tour et finit sur les fesses.

« Robert ! Bravo pour le spectacle ! C’est réussi, si on a besoin d’un clown on t’appelle !

– Ah tu vois ! Je vais avoir mal à mon cul je crois !

– J’imagine en effet. »

Avec les facéties de Robert, c’est dans une atmosphère plus détendue que la séance se déroula.

Castille passa la soirée à finaliser la liste des cadeaux pour “ses parisiens” comme elle surnommait Gloria, Nadège et Polo. Demain, direction New York pour des emplettes. À l’idée d’aller se balader, faire plaisir à ses amis et sortir de la propriété, la jeune femme se sentit plus légère. En effet elle sentait comme une chape de plomb quand elle était ici. Elle repensa à sa porte, retrouvée ouverte alors qu’elle l’avait fermée à clef.

Par précaution, elle mit deux chaises devant la portes d’entrée. Pas de quoi décourager un intru, sauf à cause du bruit et de l’effet de surprise !

Robert de son côté avait apprécié de partager la séance de patinage. Il se sentait moins exclu que lors de la première séance de sa fille. Il observait tout de même Castille et se demandait si finalement il avait bien fait de la faire venir. Il y avait quelque chose qui dérangeait Robert, même s’il ne s’inquiétait pas outre mesure. Il avait un plan et il allait s’y tenir. Inutile de pénétrer de nouveau chez Castille à son insu.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter