la maison d'édition de séries littéraires

Casting pour New York

Episode 5

Castille, Nadège et les yeux de Brenda

Après avoir discuté avec Robert en rentrant de la gare, Castille rentra chez elle. Elle commença une liste de petits cadeaux pour ses amis.

Sur la poignée de la porte elle trouva un sac en papier. Wendy, la dame de la blanchisserie lui avait laissé des tacos. Castille apprécia l’attention. Il y avait aussi un petit mot :

Tu as raté le déjeuner mais on t’a gardé un peu de tacos. Bon appétit et à demain.

Castille se dit qu’il fallait qu’elle prépare à son tour quelque chose à ses collègues. Elle se prépara un plateau repas qu’elle monta dans sa chambre pour dîner installée sur son lit.

Elle ouvrit d’abord son cadeau dans la boîte du mois avec un jour d’avance. Elle avait un petit coup de mou car elle n’avait pas réussi à avoir Nadège de vive voix depuis le début de son séjour. Elle espérait avoir plus de succès ce soir.

Dans le paquet, il y avait de la ficelle. Une idée de Polo à coup sûr ! Il lui a toujours vanté les mérites des ficelles. Pour faire sécher du linge, pour emballer un paquet, pour se fabriquer une poignée pour porter un colis. etc. Castille sourit en voyant l’attention de son Mac Gyver. C’est vrai qu’il n’avait pas tort. Elle glissa la ficelle dans la poche de son blouson et envoya un message pour remercier Polo.

Hello Mac Gyver ! Merci pour la ficelle. J’espère que tout va bien à Paris. Je pense à vous souvent. Vous me manquez mais je mesure la chance que j’ai d’être là et de profiter. Bisous à partager.

Elle reçut une réponse immédiatement :

Hello l’américaine ! Toujours avoir de la ficelle sur soi ! Ca peut sauver une vie, la tienne ! Tout va bien ici. On pense à toi et on lève notre verre à ta santé quand on se voit avec Nadège. On t’embrasse.

Castille sourit. Elle sait que c’est l’après midi pour la France. Elle envoya une photo à Gloria avec de gros bisous. Elle reçut la photo de l’Azulejos et un émoticône avec des cœurs. Et un “tu nous manques”.

Puis elle appela Nadège :

« Allo Nadège !

– Hey ! Comment ça va ?

– Bien ! Très bien même. Contente de t’avoir enfin.

– Cool, raconte ! Oui j’étais de garde.

– Et bien j’ai été accueillie par le personnel de Robert. Environ vingt personnes !

– Vingt personnes ! Wouah !

– Oui ! Incroyable. Ils sont super sympas et ce soir, en rentrant j’avais un sac avec des tacos.

– Cool.

– Oui je suis allée à New York passer la journée. J’ai beaucoup marché et je suis complètement HS ! Là je dîne en même temps que je t’appelle et après je me couche !

– Bonne idée ! Comment ça se passe alors avec la famille de Robert ?

– Bon, je t’ai décrit sa femme Linda. Ça n’a pas changé. Elle ne calcule personne ou presque ! Brenda, sur qui j’avais beaucoup d’à priori, s’avère être plutôt sympa. Timide et un peu mal à l’aise mais elle fait quand même l’effort de parler français. Je lui parle en anglais quand on quitte la glace, on reste un peu papoter. En revanche quand son père est là elle l’air tendue et mal à l’aise. C’est fou son changement d’attitude.

– Ah oui en effet.

– En fait, quand Brenda est avec ses parents elle ne parle pas ou très peu. C’est vraiment bizarre.

– Un peu comme “Docteur Jekyll et mister Hyde” ?

– Exactement. Et puis tu sais, il y a autre chose de bizarre.

– Ah oui quoi donc ?

– Tu m’as raconté l’histoire de la génétique et des yeux bleus.

– Oui, des parents aux yeux bleus ont des enfants avec des yeux bleus. C’est automatique.

– Robert et Linda ont les yeux bleus. Brenda a les yeux marron.

– Oh oh ! Étrange en effet.

– Je ne veux pas faire de la psychologie de comptoir mais ça m’a interpellée et quand je vois son léger changement d’attitude, je ne sais pas trop quoi penser.

– Je comprends. Son père n’est pas son père ou sa mère n’est pas sa mère. Ou elle a été adoptée et elle ne le sait pas.

– Oui je me suis dit la même chose. Mais pourquoi lui cacher si elle a été adoptée ?

– Ouh là, ma Castille ! Si on savait tout ce qu’il se passe dans la tête des gens... C’est leur vie. Ils ont leur raison. Tu sais Castille c’est toujours plus simple de résoudre les problèmes de autres plutôt que nos propres problèmes. Je crois qu’il ne faut pas trop se poser de question.

– Bien sûr, je suis d’accord avec toi mais c’est juste que je vois le changement d’attitude de Brenda quand elle est avec ses parents, ça m’inquiète..

– Je suis d’accord avec toi, c’est curieux, mais ce n’est pas à toi qu’ils vont raconter leurs problèmes !

– Tu as raison !!! Bon ma Nadège, je vais aller me coucher.

– Bonne nuit ma Castille. Bisous. On pense fort à toi ici. On se rappelle et ne te prend pas trop la tête. Profite un maximum.

– Moi aussi je pense à vous.

– Et au fait ?

– Oui ?

– J’espère que si il y a un casting pour une comédie musicale sur la glace tu vas aller postuler.

– Oh tout de suite !

– Castille, ne me dis pas que tu n’y as pas pensé ? Si jamais ça se présente fonce, même si c’est de la figuration. Ce serait trop bien et la classe en plus.

– Tu deviens comme moi ! De l’extravagance dans l’imagination.

– L’imagination n’a pas de limite ma belle. Je t’embrasse fort.

– Moi aussi Nadège. À très vite. »

Castille raccrocha et sourit en repensant à la réflexion de son amie. En fermant le porte de la maison, elle se sentit comme observée. Elle raisonna en se disant que c’était ridicule, des gardiens surveillaient la propriété toute la nuit.

Castille se brossa les dents et fila se coucher. Elle regarda un peu les photos qu’elle avait faites dans la journée puis tomba vite dans les bras de Morphée.

Robert attendit que la lumière de la cuisine de Castille s’éteigne pour se faufiler dans sa dépendance. Il entendit la conversation avec Nadège et ressentit une colère insoutenable. Lorsque le coup de téléphone se termina et que Castille descendit, il eut juste le temps de se cacher dans le dressing. Il retint même sa respiration pour ne pas être entendu.

À peine arrivée, Castille avait perçu quelque chose qui n’allait pas arrêter de la travailler. Si elle se montrait plus inquisitrice, Robert devrait agir en conséquence. Il attendit plus d’une heure avant de prendre le risque de sortir.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter