la maison d'édition de séries littéraires

Casting pour New York

Episode 11

À l’aéroport

Dennys se gara juste devant l’aéroport, comme dans les films !

Clayton parti en coulisse en faisant un clin d’œil et en murmurant “one-two, one-two” à Wanda. Cette dernière s’adressa à Castille sans quitter son portable des yeux.

« Tu vas t’acheter un magazine et tu te mets dans un coin discrètement. Tu m’envoies des messages en me disant où se trouve Nadège ou Robert si tu les vois. Reste calme et ça va aller. »

Castille s’exécuta. Elle envoya aussi un message à Nadège, en espérant qu’elle le lirait dans la zone de récupération de bagages.

Hello ma Nadège. Ne vas pas vers Robert si tu le vois. Ne suis personne, reste dans le flot des passagers. Je t’expliquerai.

Castille acheta un magazine au hasard et trouva un coin discret. Son sang ne fit qu’un tour lorsqu’elle aperçut Robert. Il avait l’air en furie. Le cœur de la jeune femme s’emballa et elle se sentit défaillir. Une main sur son épaule la fit sursauter.

« J’étais à la messe, ne vous inquiétez pas. Tout le monde se met en place. Le prêtre a fait un appel micro et il y a du renfort.»

Le sourire rassurant de la femme qui s’adressait à Castille lui mit de nouveau les larmes aux yeux. Elle était sur les nerfs, sensible, elle avait probablement échappé au pire mais sans Nadège elle ne pouvait se détendre.

Elle regarda autour d’elle. Tout le monde se mettait en place mais elle, elle ne voyait rien. Elle envoya un message à Wanda.

Robert se situe à 3h quand on est face aux arrivées.

Elle reçut pour toute réponse un pouce levé et un visage avec un bisou-cœur.

À travers une vitre Castille reconnut tout de suite Nadège parmi le flot des arrivants. Elle observait pour voir si elle regardait son téléphone. Visiblement elle était plus préoccupée par l’arrivée de sa valise. Elle tenta de lui faire signe en lui montrant le téléphone, mais Nadège ne voyait rien.

Puis, enfin, Nadège vit Castille. Enthousiaste elle lui fit de grands signes. Castille lui fit signe de rester où elle était. Nadège alluma son téléphone.

Castille envoya un message à Wanda.

J’ai Nadège en visu, elle va sortir à 9h quand on est face aux arrivées.

Et de nouveau les émoticônes.

Castille ne pouvait s’empêcher de regarder à droite et à gauche. Elle avait peur que Robert la surprenne même si elle l’avait à l’œil, à distance. Il était bien trop occupé à ne pas rater Nadège pour regarder vers elle.

Dans la tête de Robert tout allait trop vite. Il avait pourtant élaboré son plan avec toute la rigueur nécessaire : engager une étrangère la plus candide possible et lui faire porter le chapeau du meurtre de sa fille devenue trop encombrante. C’était limpide, imparable.

Puis il avait rencontré Nadège. Nadège ! Il avait été soufflé en la voyant. Le portrait, le sosie de Linda. Linda dans sa jeunesse. C’est à ce moment là qu’il s’était mis à envisager des alternatives pour la faire venir et, pourquoi pas, vivre définitivement avec elle et son amie… Quelle connerie ! Tout remettre en jeu pour une simple attirance physique. Il s’en voulait maintenant terriblement.

Quand il comprit que Castille avait découvert quelque chose avec la couleur des yeux de Brenda, il décida d’agir en conséquence, il fallait qu’il revienne sur sa décision et qu’il s’en tienne à ce qui était prévu dès le départ. Était-ce déjà trop tard ?

Non, il avait toujours su s’occuper des fouineurs. Son ami Gary de la clinique n’était jamais revenu l’importuner. Oh bien sûr il avait eu un peu peur lors du lancement du projet de construction de la patinoire, mais en achetant le terrain d’à côté il avait résolu le problème. On ne découvrira jamais le corps de Gary. Personne n’allait venir déranger son profond et perpétuel sommeil.

Quel idiot ce Gary. Tenter de le faire chanter ! Lui, Robert Williams. Ah ah !

Comme chaque fois lorsque quelque chose ne fonctionnait pas comme prévu, Robert enrageait en repensant au piège que Castille lui avait tendu. La garce ! Il trouvait aussi qu’elle posait trop de question sur l’absence prolongée de Bob. Il se demandait si elle avait eu le temps de découvrir son corps dans la cave. C’était peu probable, il avait volontairement laissé la lumière éteinte et elle n’était pas restée assez longtemps. “Mes cachets, mes cachets”, Robert avait était un bleu de tomber dans le panneau. Quel cachets ? Il n’y avait pas de cachets. Elle était rusée la garce ! Une ficelle et boum, le voilà K.O. La peste avait disparu. Il n’avait pas la moindre idée de l’endroit où elle pouvait aller mais il finirait bien par la retrouver. Robert avait des amis partout, ou presque. Des gens qui lui obéissaient au doigt et à l’œil. Et puis il allait récupérer Nadège ! La belle Nadège. L’oie blanche, candide. Nadège allait devenir un moyen de pression pour que Castille revienne et après... Après il verrait de quelle manière il allait leur régler leurs comptes. De rage il s’imaginait déjà trancher la gorge de la jeune femme avec ses patins à glace. Enfin bon, avant cela il fallait récupérer sa parisienne à l’aéroport. La Guardia au lieu de JFK. Quelle belle idée. Robert n’était pas peu fier de lui. Il avait son réseau mais il fallait être fin et faire en sorte que les gens ne se posent pas de questions. Des gens comme Gary, il y en avait partout.

Le brouhaha incessant de l’aéroport le fatiguait encore plus. Il faut dire qu’avec sa chute il avait un fort mal de crâne et se sentait encore un peu vaseux. Et puis il fallait se l’avouer, tant qu’il n’avait pas mis la main sur Nadège, trop de choses pouvaient lui échapper.

Bizarrement, il avait l’impression d’avoir aperçu Castille. Oh, une fraction de seconde mais il s’était vite raisonné : “Mon Robert, tu as fait une sacrée chute et c’est plus compliqué que ce que tu avais imaginé. Reprends toi, ça va aller”.

L’avion de Nadège avait atterri, il l’apercevrait d’un moment à l’autre. Il n’avait pas mis en place de dispositif pour qu’elle évite la douane afin de rester discret et de ne pas éveiller de soupçons. À JFK ce serait passé mais à la Guardia il n’en était pas sûr.

Perdu dans ses pensées, il fit tomber son téléphone. Il le ramassa et fut pris de vertiges. Il se sentit tanguer, comme dans un bateau. En levant la tête, il croisa le regard de Castille.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter