la maison d'édition de séries littéraires

Cabale

Episode 10

Celui qui criait vengeance (2/3)

J’ai pas eu de mal à la reconnaître, elle a foncé sur moi en gueulant taxi, puis elle m’a demandé si je connaissais un endroit du genre exotique dans le coin. Pendant un instant j’suis resté comme deux ronds de flancs. Mais bon, je me suis vite repris en flairant la bonne occasion. Je l’ai emmenée où elle voulait.

Tout le trajet mon cerveau bouillonnait. J’étais comme un gamin devant son cadeau de noël, à me demander comment j’allais bien pouvoir l’utiliser. Un moment j’ai pensé me la taper (sûr qu’elle était chaude comme la braise) mais c’était inutile parce que la bonne femme allait jamais le raconter à son mari et, si elle lui racontait, je risquai d’être plus mort que vengé. Toutes les actions directes étaient à éviter sous peine de visite du masque blanc dans notre sommeil.

C’est en arrivant à la crique qu’une idée génialissime a germé dans mon cerveau. Les montagnes encadraient la plage et regorgeaient de coins dissimulés dans la roche. Ils n’étaient pas trop durs d’accès et m’offraient une vue globale de l’endroit où elle se prélasserait bientôt. Je pouvais prendre des photos d’elle sous tous les angles sans être vu et je serais ainsi détenteur d’une putain de bombe à retardement pour son couple. OK ce n’était pas la vengeance la plus fracassante de ma vie mais ça avait le mérite d’être safe.

Et puis qu’est-ce que j’ai été servi ! La gonzesse a sauté d’un bar une dizaine de mètres au-dessus de la mer. Je lui avais soufflé l’idée mais je l’aurais jamais pensée capable de le faire. Elle avait plus un style balais-dans-le-sphincter. Après elle a nagé jusqu’à la la plage en se marrant et elle s’est étalée sur le sable. Là elle a commencé à se désaper. D’abord les pompes et la veste, puis la jupe, la chemise et enfin les collants. Elle a regardé autour d’elle : y’avait pas un rat. Alors elle a viré le haut. Je suis sûr qu’elle a aussi voulu enlever la culotte. Je l’ai lu sur son visage quand elle se désapait. Comme si une toute petite partie de sa conscience sentait mon regard braqué sur elle. Mais elle ne l’a pas fait.

J’ai complètement fais vibrer ma fibre artistique pour les clichés. Elle est restée deux heures sur le sable. Quand elle s’est levée pour me rejoindre mon front perlait tellement j’avais galopé. J’ajoute au passage qu’elle ne s’est pas du tout étonnée de ma présence opportune ni de mon aspect débraillé. Une vraie conne. Je l’ai ramenée à bon port puis je lui ai fait payer le double du tarif habituel plus l’attente. Elle m’a tapé l’épaule comme si on était copains et elle est partie.

Le lendemain j’ai fait développer les photos. Ensuite je suis passé au tabac puis je suis allé au macdo. J’ai bouffé mon Big Mac comme un chrétien son Hostie. Tout dans ce fast food est calculé pour contenter la faim intarissable de l’Homme. Comme si Dieu, voyant Ses enfants devenir de plus en plus goulus, avait chié ce truc pour les assouvir et les punir en même temps. Macdo c’est de la merde divine.

Une grosse assise deux tables plus loin me matait d’un air lubrique en mangeant ses frites. Sa peau flasque coulait sous ses bras et de l’huile de friture lui humectait le menton ; et elle mangeait. Elle mangeait méthodiquement : trois frites, une bouchée de burger, une gorgée de soda, trois frites, une bouchée de burger, une gorgée de soda. Une vrai pro. J’ai soutenu son regard en me disant qu’elle n’oserait pas tenir tête à un mec comme moi. Sa seule réaction fut d’accélérer le rythme de sa ronde. Comme elle n’avait plus le temps d’ingurgiter ses frites avant d’attaquer sa bouchée de burger tout ça se massait dans ses joues et coulait précipitamment avec le soda. Ça m’a dégouté.

Au moins les clichés avaient bonne gueule. Les tétons raffermis par l’eau fraiche, les gouttes qui accrochent le soleil sur la poitrine, les bras relevés derrière la tête et les cheveux en bataille. Il ne manquait plus à cette cochonne que la petite moue coquine pour couronner le tout. Sur l’une des prises un jeu de lumière donnait l’impression d’une ombre humaine aux côtés de la vieille. J’ai dessiné un petit cœur brisé au dos et l’ai posté avec quelques autres prises particulièrement hot.

Être averti des dernières sorties, directement par emaill
Recevoir la Newsletter